Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Informatique et télecoms

huawei

Les montres connectées passent à l’offensive, alors qu’elles peinent à décoller

6 Septembre 2015 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #Samsung, #LG, #Asus, #Motorola, #Huawei, #montre connectée

Les montres connectées passent à l’offensive, alors qu’elles peinent à décoller

·
Huawei, Samsung, LG, Asus, Motorola sont tous sont venus parader à l’IFA avec leurs modèles. Les ventes mondiales pourraient être quatre à huit fois plus importantes que l’an dernier.

Elles servent à lire des SMS, répondre au téléphone, surveiller son rythme cardiaque et probablement bientôt à ouvrir la porte de votre maison ou encore à entrer dans le métro. Les montres connectées comptent cette année parmi les stars de l’IFA. Huawei, Samsung, LG, Asus, Motorola, tous sont venus parader avec leurs modèles à la grand-messe de l’électronique aux plus de 200.000 visiteurs, qui a ouvert ses portes au grand public, vendredi, à Berlin.

Il faut dire que les prévisions pour ce nouveau marché sont prometteuses. Elles vont de 20 millions de montres connectées vendues dans le monde cette année (Forrester) à, carrément, 40 millions (Gartner), soit entre quatre et huit fois plus que l’an dernier. Rien qu’au deuxième trimestre, Strategy Analytics estime qu’elles ont été multipliées par cinq par rapport à un an plus tôt, atteignant les cinq millions d’unités. Et IHS en prévoit plus de 100 millions en 2020.

Des chiffres qui laissent songeur, alors que jusqu’ici le marché n’a pas vraiment décollé. « On ne s’attendait pas non plus à une explosion, c’est un marché récent », relativise Stéphane Curtelin, directeur marketing France de LG. Surtout, l’Apple Watch est passée par là et c’est elle qui pourrait lancer le marché, quand bien même la firme à la pomme ne l’a pas inventé.

Samsung n’a pas dit son dernier mot

Depuis son lancement en avril , elle capterait la majorité du marché (75 %) , loin, très loin devant Samsung (8 %). Mais le coréen n’a pas dit son dernier mot, lui qui vient de dégainer sa Gear S2. « On est convaincu que ce marché va se développer très fort », assure Jean-Daniel Ayme, vice-president mobile de Samsung Europe. La montre connectée sera probablement l’un des objets vedettes des fêtes de Noël.

« Apple a réussi à créer une montre alors qu’avant c’était un simple produit électronique », fait valoir un acteur de la « tech ». Depuis, le produit fait de moins en moins figure de gadget. Les derniers modèles présentés à l’IFA le prouvent, rivalisant d’initiatives pour convaincre de leur utilité. Les montres soignent en outre leur design, parce qu’une montre, c’est avant tout un bijou. Certains la vendent même en dehors des circuits traditionnels de la « tech » : les Galeries Lafayette pour l’Apple Watch et une bijouterie pour la Huawei Watch.

Du haut de gamme, donc, avec des prix commençant le plus souvent autour de 300 à 400 euros. Ce qui reste cher pour démocratiser le nouveau produit. « Aujourd’hui, on adresse encore des early adopters mais les initiatives se multiplient. Le marché va commencer à s’ouvrir l’année prochaine », selon Denis Morel, vice-président terminaux de Huawei France.

Montre connectée de demain

Signe d’un futur élargissement : de plus en plus de nouveaux modèles, comme la Huawei Watch et la Gear S2, sont compatibles avec des smartphones d’autres marques concurrentes, contrairement à l’Apple Watch qui reste, elle, dans son système fermé.« On a réalisé que l’on ne pouvait pas tout faire tous seuls », admet Younghee Lee, la patronne du marketing global de Samsung pour les mobiles. Face à ces offensives, Apple a décidé d’élargir la distribution de son Apple Watch jusqu’ici réservée à ses boutiques et une poignée de magasins.

Difficile cependant de dire si demain la montre connectée pourrait devenir un objet aussi indispensable que nos smartphones. On en est bien loin encore. Pour Gartner, les entreprises « tech » vont vendre 40 fois plus de mobiles que de montres connectées cette année ! En France, il ne se serait vendu que quelques dizaines de milliers de pièces. « On pense que le marché est prometteur à condition que le produit soit simple à utiliser et qu’il dispose d’une autonomie renforcée », plaide David Eberlé, président de Samsung France.

Preuve qu’ils croient en l’avenir de ce marché, plusieurs fabricants travaillent déjà à la montre connectée de demain qui possédera une carte Sim totalement intégrée. LG proposera la sienne dès la fin de l’année en Corée. « Aujourd’hui, les montres connectées sont de simples accessoires de nos smartphones. L’étape d’après c’est la montre autonome qui permet par exemple d’accéder à internet directement, et plus via le smartphone », résume Antonios Maroulis, analyste chez HIS

Lire la suite

Smartphone Huawei la petite marque qui veut faire trembler les grandes

29 Août 2015 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #Huawei, #Honor

Créée par Huawei, Honor veut conquérir le monde, à commencer par la France.

C’est une marque encore peu connue en Europe, mais avec laquelle il va falloir compter. Créée en octobre 2014 par le chinois Huawei, Honor continue sa percée sur le marché très concurrentiel des smartphones. Dernier événement en date, le lancement jeudi dernier à Londres, en grande pompe, du Honor 7, un appareil haut de gamme à prix cassé destiné à la génération Internet.

Mais qui est donc vraiment Honor ? Une marque assurément jeune, qui propose des smartphones avec de grands écrans, des composants relativement puissants, une esthétique soignée et des prix souvent moins élevés que la concurrence. Jusqu’ici, la recette semble magique. « Notre but, c’est de faire des appareils dont les caractéristiques sont celles des vaisseaux amiraux des autres marques, mais à un prix moins élevé », résume Zack Zhangxhiang, le directeur de la branche française.

Pour y arriver, pas d’autres choix que de réduire fortement les coûts. « On ne vend pas en boutique, donc on économise sur les coûts de distribution et on ne fait pas de campagne de publicité traditionnelle à la télévision », continue Zack Zhangxhiang. Autre technique : accepter de voir fondre les marges. Comme pour son dernier modèle, pour l’instant disponible au prix de 299 euros. Mais le directeur d’Honor Monde, George Zhao, préfère regarder vers l’avenir. « Si nous continuons à grossir à cette vitesse, les ventes suivront ». Selon lui, l’entreprise atteindra sans trop de difficultés les 5 milliards de chiffre d’affaires d’ici à la fin de l’année.

Stratégie 100 % Internet

La stratégie d’Honor : tout miser sur Internet. Déjà présent sur plusieurs sites de e-commerce à travers le monde dont Amazon, la marque vient de mettre en ligne sa propre plate-forme de vente, baptisée « vmall » pour virtual mall (magasin virtuel), où elle commercialise aussi la marque Huawei . Même calcul pour la publicité. Pour compenser son déficit de présence sur les canaux traditionnels, le nouveau venu compte sur l’animation d’une forte communauté numérique et se targue de répondre à 95 % des demandes sur sa page Facebook en moins de trois minutes.

« On essaye de cibler ceux qui se renseignent sur les forums et les réseaux sociaux avant d’acheter un produit », précise Zack Zhangxiang. Sans oublier la communication autour de ses téléphones, sept modèles créés en moins d’un an. Pour le reste, il serait naïf de penser qu’Honor ne s’inspire pas de ses concurrents, dont Apple pour le design - Honor dispose d’un studio de recherche en esthétique à Paris - ou Xiaomi pour les prix.

Malgré des ventes réalisées à 85 % en Chine, Honor vise l’Europe, l’Inde, la Russie et même les Etats-Unis. Au risque de faire de l’ombre au grand frère Huawei ? « Non, les deux marques ne vont pas entrer en concurrence. Huawei et Honor, c’est un peu comme BMW et Mini », assure Zack Zhangxhiang. Pourtant, quand on lui demande quel smartphone il choisirait entre un Huawei et un Honor, le trentenaire répond tout de go : « un Honor »

Lire la suite