Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Informatique et télecoms

La meilleure solution pour les analystes : une fusion Bouygues-Free

15 Juillet 2014 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #free, #Bouygues Telecom

Les spécialistes du secteur tentent de cerner le montage social, financier et industriel idéal entre les quatre grands opérateurs français.

 Cette fusion donnerait naissance à une entité qui concentrerait 42,8 % de parts de marché, mais qui verrait celles-ci s'éroder légèrement au profit de Free.

« En cas de succès, expliquent les analystes de la Société générale, cette opération pourrait être très positive pour Bouygues », grâce au partage des investissements, à la réduction des dépenses opérationnelles, et au fait que l'entité créée bénéficierait d'« une taille critique dans le haut débit ».

La possibilité d'une telle union est, en revanche, considérée comme peu probable par les analystes d'Oddo Securities, qui estiment que, même si les synergies entre les deux opérateurs sont potentiellement intéressantes (3,5 milliards d'euros en cas de fusion), « la taille respective des deux groupes devrait induire des concessions fortes de la nouvelle entité ». Or la marge de manœuvre en termes de réduction d'effectifs et d'investissements dans les deux entités est jugée faible.

SYNERGIES IMPORTANTES

Ironiquement, l'opérateur le plus menacé par ce rapprochement serait…Bouygues Telecom, qui se trouverait marginalisé sur le très haut débit et devrait, pour faire face, consentir à de lourds investissements.

C'est précisément ce cas de figure qui pourrait pousser Martin Bouygues àdépasser ses différends avec Xavier Niel, patron de Free (et actionnaire à titreindividuel du Monde), et assouplir sa position sur un éventuel rapprochement avec son concurrent.

« Tout le monde y trouverait son compte, estiment les analystes d'Oddo, le gouvernement pourrait obtenir des engagements sur les emplois, Martin Bouygues pourrait valoriser son actif à un prix attractif [...], Iliad récupérerait un réseau », et n'aurait plus à déployer le sien.

Free récupérerait en outre des fréquences 4G (Bouygues bénéficie d'un avantage concurrentiel sur ce segment, avec plus de 60 % de la population couverte, contre 50 % pour Orange, par exemple) et une solide base de clients.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article